www.cafe.edu

Énigme de grammaire.
Tous les jours, une nouvelle énigme.

Le rôle de la virgule.
Considérons les deux phrases suivantes.
Camus a dit: Rien, jamais, ne me conduira à me désolidariser de ma mère. Elle était pour lui le seul substitut à la transcendance, qu’il refusera toujours.”
Les segments détachés de leur noyau par une virgule sont-ils de même fonction sémantiquement?

1. Oui. Les deux premiers, par exemple, isolent des assertions détachées.
2. La première virgule permet d’insérer le second segment, jamais. Celui-ci est disloqué (sa place est modifiée) de façon a en faire une assertion distincte. Cela en fait l’équivalent d’une phrase. Rien ne me conduira à me désolidariser de ma mère. Jamais.
3. Jamais et toujours concernent le même avenir, et c’est le jeu des virgules qui leur assure une place comparable car il serait malvenu de les supprimer.
4. Oui car il n’y a qu’une seule loi de la virgule, applicable partout, parfois sous le nom de “loi des deux virgules”. C’est la limite d’assertion. Un segment de phrase à part syntaxiquement relève soit de l’assertion précédente, soit de la suivante, et la virgule (oralement une occlusion de la glotte) en est le signe. Si le segment relève à la fois de ce qui précède et de ce qui suit (ici jamais), il est entouré, inséré dans une assertion.

Ceux qui envoient leur réponse reçoivent un corrigé et parfois un courriel adapté aux questions qu'ils se sont posées.
Réponse:
Adresse électronique (courriel):

Énigme précédente.

Sa récitation ___ m’a déçue.

1. du Corbeau et le Renard
2. de la fable le Corbeau et le Renard
3. du Corbeau et du Renard
4. de Le Corbeau et le Renard

CORRIGÉ EXEMPLATIF
DÉLIBÉRATION sur le choix 1. Application de la règle morphologique de + le = du. Formulation usuelle.
2. Détour par l’hyperonyme fable en vue de ne pas tomber dans l’anacoluthe de la seconde partie du titre (une coordination sans répétition de préposition). Formulation moins courante mais qui a la connotation d’un niveau de langue élevé.
3. Formulation la moins fréquente. Elle est équivoque. Elle fait penser qu’il s’agirait de deux fables distinctes.
4. Formulation la plus fréquente mais non la plus recommandable. Elle suppose une mise en italiques du titre et passe donc seulement à l’écrit. Oralement, pour justifier de ne pas appliquer de + le = du, il faut isoler le titre par l’occlusion glottique, sorte de virgule sonore. C’est une marque embarrassante.

Abrégé de grammaire et index terminologique.

Le français expliqué, cours conversationnel.

Copyright © 1998-2006 C.A.F.É.