www.cafe.edu

Énigme de grammaire.
Tous les jours, une nouvelle énigme.

Pourquoi, quand on est à bout, est-on parfois encore loin du bout, alors que, quand on en est venu à bout, on se trouve tout à fait au bout? Ce n’est pas le même bout? Le mot bout n’est pas pris dans le même sens?

Ceux qui envoient leur réponse reçoivent un corrigé et parfois un courriel adapté aux questions qu'ils se sont posées.
Réponse:
Adresse électronique (courriel):

Énigme précédente.

Distinguer y / en; à / de.
On y a droit. On en a le droit. On a le droit à (des places assises). On en a le droit, de (dire non).

CORRIGÉ EXEMPLATIF
Partons de constructions simples.
"On y a droit" vient de: On a droit à cela (y représente un actant avec à, un second objet).
"On en a le droit" vient de: On a le droit de + un nom ou un infinitif (en représente un actant avec de ou un complément, ici attaché au groupe nominal le droit).
   Telles sont les constructions régulières. Toutefois, le droit à est envisageable et même normal si le complément est un substantif. Celui-ci ne pourra être ramené dans le noyau verbal, cependant. (*On y a le droit, à des places assises). On préfère: On en a le droit (de s’asseoir).
   Et en revenant à la locution verbale, avoir droit? C’était une des phrases simples. On y a droit. Et en bifurquant sur l’autre adverbe pronominal? Cela donne *on en a droit. Impossible. Comment attacher un complément du nom à un nom qui est devenu partie de verbe?... Il faut qu’il soit plus qu’un mot lexical, qu’il soit une substance, qu’il ait été actualisé.

Abrégé de grammaire et index terminologique.

Le français expliqué, cours conversationnel.

Copyright © 1998-2006 C.A.F.É.