www.cafe.edu

OÙ EST MA LOGIQUE?
Tenir compte des raisons des autres et réfuter en connaissance de cause.

«L’art primitif procède de l’esprit et emploie la nature. L’art soi-disant raffiné procède de la sensualité et sert la nature. La nature est la servante du premier et la maîtresse du second
Gauguin, à Tahiti, vers 1900.

   Devant la société frivole de la Belle Époque, qui n’appréciait pas suffisamment sa peinture pour qu’il puisse en vivre, Paul Gauguin dénonce ici globalement les raffinements techniques de l'art de peindre, l’académisme comme le réalisme. Il prône un symbolisme novateur qui est aussi une prise de position socialiste (il est le petit-fils de Flora Tristan). Sa vie est une série ininterrompue de ruptures avec l’élitisme, de retour à la nature (une hutte, une amante nouvelle).
   Mais son texte, ici, exprime-t-il bien sa pensée, avec ces images de servante et de maîtresse? L'opposition (énantiose) n'est-elle pas outrée? Pourquoi faudrait-il voir une supériorité dans le statut de servante? D’ailleurs, la sensualité, comment la déprécier alors qu'il y en a tant dans sa peinture à lui («et l’or de leurs corps»)?

Opter pour un des distracteurs ou commenter son hésitation ci-dessous. On reçoit aussitôt notre opinion. Une réponse plus personnelle est possible éventuellement.

Réponse:
Vous pouvez aussi noter ci-dessus une question que vous vous posez.
Adresse électronique (courriel):

Réflexion d'hier

À l’image de la déesse Brigitt, devenue sainte Brigitte, le féminin celtique a perdu de son caractère divin au moment de la christianisation du druidisme (12e siècle). De la déesse de la Fécondité à la plus forte figure archétypale du christianisme, soit Marie, la suprême déité celtique s’est transformée en une vierge mère. (Manon B. Dufour, la Magie de la Femme celte, p.184)
    À la question posée (virginité ou fécondité), l’auteure a sa réponse (plaisir et liberté). Son essai d’histoire des religions défend les valeurs féministes par l’exemple, qu’il valorise, des mythes et coutumes celtiques. Mais vous, seriez-vous pour le retour au druidisme? Qu’est-ce qui vaut le mieux aujourd’hui, le mythologisme avec la liberté toute-puissante garantie par une déesse qui assure aussi la fécondité, Brigitt, ou une canonisation de la pureté, féconde néanmoins, à l’image de «sainte» Brigitte? Le rationalisme scolastique a bien perdu de son attrait et la sexualité, dans la publicité comme à l’écran, est libérée. Sur quelle base envisager aujourd’hui la relation homme / femme?

Notre proposition de corrigé.
Sur une base personnelle. Les mythes et les (« joyeuses») réalités commerciales ont beau occuper tout le devant de la scène et donner forme à la plupart de nos réactions inconscientes, dès que nous sommes en face d’une personne qui nous reconnaît également comme personne, intelligente et libre, quel que soit son bagage culturel et l’élaboration d’un Sur-moi par son milieu de vie, un avenir se découpe qui s’élabore en commun. Tout le passé est à notre disposition et peut se voir remis en question plus librement qu’on ne pense parfois. La libération commence aussi globalement que cela. Tout est modifiable, à force de patience.

Copyright © 2009 C.A.F.É.