www.cafe.edu

OÙ EST MA LOGIQUE?
Tenir compte des raisons des autres et réfuter en connaissance de cause.

Sens des mots. Péché mortel. Le fameux «péché mortel», qui a perdu toutes ses références (travailler le dimanche, laisser tomber une hostie consacrée, faire l’amour hors mariage), comment le définir? Est-il mortellement banal (prolongé, ennuyeux), dangereux après la mort (flammes de l’enfer), définitif comme une perte de vie (pas de rémission)? Ou bien est-ce un péché à confesser sur son lit de mort (absolution in extremis offerte au malade ou au condamné)?

Opter pour un des distracteurs ou commenter son hésitation ci-dessous. On reçoit aussitôt notre opinion. Une réponse plus personnelle est possible éventuellement.

Réponse:
Vous pouvez aussi noter ci-dessus une question que vous vous posez.
Adresse électronique (courriel):

Réflexion d'hier

On ne sait jamais tout. Est-ce que On ne sait jamais rien est le contraire?
1. Certainement pas. Tout est le contraire de rien mais dans la même phrase, avec tout c’est une particulière (le contraire est parfois vrai), avec rien, c’est une universelle (le contraire n’est jamais vrai, il n’y a pas de place pour la moindre vérité inverse). Voir le carré logique.
2. Il y a deux négations qui se renforcent dans On ne sait jamais rien.
3. Il y a un ne discordantiel et un pas forclusif, qui font la négation absolue, en français. Et le rôle de pas peut être joué par rien, mie, goutte, point...
4. Reformulons. Il n’arrive jamais qu’on ne sache rien. / Il n’arrive jamais qu’on sache tout. N’est-ce pas exactement les deux particulières, subalternes, équivalentes à la phrase de départ?

Notre proposition de corrigé.
DÉLIBÉRATION sur le choix 1. C’est tout de même curieux alors que tout et rien sont exactement la négation l’un de l’autre.
2. Et si elles se déforçaient, au contraire, puisque deux négations font une affirmation (nuancée, il est vrai).
EXEMPLE J’aime que tu sois là / Je n’aime pas que tu ne sois pas là.
3. Deux morphèmes qualifiants sont présents de toute façon dans les deux formules.
4. Autre reformulation: Il y a toujours quelque chose qu’on ne sait pas. Cette seule phrase équivaut à la fois à l’une et à l’autre subalterne.
DÉVELOPPEMENT On sait toujours tout est le contraire d'On ne sait jamais rien. Ce sont des universelles.
ET On sait parfois tout est la subalterne de On ne sait parfois rien. Ce sont des particulières.

Copyright © 2009 C.A.F.É.