www.cafe.edu

OÙ EST MA LOGIQUE?
Tenir compte des raisons des autres et réfuter en connaissance de cause.

— Je trouve cela proprement dégoûtant.
Proprement?
— Oui, cet acteur. Un film qu'on censure aux États-Unis parce que l'acteur principal est gay. La Belle et la Bête.
1. L'intégrisme fait tache d'huile. L'opinion passe de la rigueur au laxisme suivant les lieux ou les milieux culturels, voire religieux.
2. Les fonctions corporelles sont naturelles. Il faut les envisager scientifiquement, pour ce qu'elles sont. Il n'y a pas de honte à avoir.
3. La Belle et la Bête n'est pas une histoire de zoophilie.
4. Ce n'est qu'un conte pour enfants et l'animal dégoûtant, à aimer malgré tout, se transforme, finalement, en prince charmant.

Opter pour un des distracteurs ou commenter son hésitation ci-dessous. On reçoit aussitôt notre opinion. Une réponse plus personnelle est possible éventuellement.

Réponse:
Vous pouvez aussi noter ci-dessus une question que vous vous posez.
Adresse électronique (courriel):

Réflexion d'hier

On parle d'une «petite nature» quand quelqu'un a des besoins vite satisfaits, est incommodé pour peu de chose. Mais de quelle nature s'agit-il? Pas de la Nature dans toute sa force, effroyable pour l'homme, pas de ces phénomènes naturels que les assurances désignent comme «acts of God», imprévisibles et inévitables...
1. On distingue la nature et l'univers, qui s'étend jusqu'à l'infiniment grand et l'infiniment petit.
2. On distingue la nature et le monde. Celui-ci est un ensemble délimité, plus ou moins étendu, dans lequel évolue l'homme (mis au monde).
3. Il y a une nature qui est en nous (notre corps) et une autre, immense, extérieure, créée par Dieu du haut de son Éternité. Nous ne faisons que passer, nos efforts ne pouvant faire plus que nous mettre à l'abri des puissances inconnues. Sont-elles aveugles?
4. Il appartient à la philosophie de proposer une définition, non comme mot, non comme idée parmi d'autres, mais comme réalité intelligible. Pour Hegel, la nature englobe certes la physique mais aussi la chimie et même la singularité subjective, dont la tâche sera justement de se comprendre dans son corps. La nature est le forme extérieure de l'esprit en acte, elle se donne le temps et l'espace dans toutes ses dimensions (point, ligne, surface, volume). Elle se propulse dans une durée immédiate (ingestion, digestion, excrétion) et future (procréation).

Notre proposition de corrigé.
DÉLIBÉRATION sur le choix 1. C'est le domaine de la physique, science de la matière, mais la nature n'est-elle pas matérielle aussi?
2. C'est notre monde et, quand on meurt, on n'est plus «de ce monde». Et il est parfois restreint à bien peu de chose en face de la nature (le petit monde de la marionnette).
3. Heureusement, l'idée de Providence nous rassure, mais sans autre garantie que l'entretien lyrique de cette idée. «Qui demeure à l'abri du Très-Haut / Et loge à l'ombre du Puissant» etc. (Psaume de David, 91).
4. Qu'y a-t-il d'autre que la nature sinon l'esprit, qui la crée comme autre que lui et donc incomplète (alors que l'esprit est complet)? Mais l'esprit a besoin de cette nature pour être lui-même. Cette incomplétude le complète. Le relatif permet à l'absolu d'être absolu.
DOCUMENTATION À ce sujet, Hegel mentionne le logos de Philon, un contemporain de Jésus qui, à Alexandrie, capitale de la culture dans le monde méditerranéen, exerça une grande influence sur le christianisme naissant (Le 4e évangile, l'épître aux Hébreux, Origène, Ambroise de Milan, Clément, le monachisme).
OPINION Notre nature ne sera pas petite si nous osons l'égaler à celle même du logos, image d'absolu, inclue en lui comme telle. Mais c'est trop en attendre, à moins que son amour trouve en nous une liberté capable de tout effacer, fallût-il être crucifié, pour se laisser ainsi glisser, en renonçant au monde, hors du temps, devenant esprit pur (sanctifié).

Copyright © 2009 C.A.F.É.