www.cafe.edu

EXPLICATION DE TEXTE

Avant l’hiver est un film de Philippe Claudel (2013).
Paul (Daniel Auteuil), neurochirurgien, a soixante ans et une vie accomplie: mariage heureux, enfants et petits-enfant... Mais un jour, des bouquets de roses lui arrivent mystérieusement et Lou, une jeune fille de vingt ans, ne cesse de croiser son chemin.
   C’est un piège. Un groupe de prostituées a décidé de s’enrichir en se vengeant de clients potentiels bourgeois comme Paul. Vivant sous de faux noms, elles assassinent et disparaissent, échappent aux recherches. Or il arrive que Lou tente de sortir de la gang. La sincérité de Paul et son respect ont attiré son estime. À peine arrivé au rendez-vous avec la cagnotte fixée, Paul est mis à la porte de l’appartement. Ses comparses n’ont pas le temps de l’exécuter. Elles se retournent contre Lou avec leurs armes et s’éclipsent en vue de pouvoir continuer ailleurs. La police ne découvre pas de coupable. Paul est exonéré, fêté dans sa famille. Tout va continuer comme avant. Non. Paul a reçu de Lou une mini-cassette de Mouloudji: Comme un p’tit coquelicot.
   Ce qui fait l’intérêt du film est:
1. Le drame.
2. La psychologie des adultes au bord du troisième âge.
3. L’amour par delà une grande différence d’âge, de formation et de condition.
4. Autre chose.

Ceux qui envoient leur réponse reçoivent une proposition et parfois un courriel adapté à leurs questions.

Réponse:
Adresse électronique (courriel):

Lecture précédente.

Un coup de dés, c’est un appel au hasard.
Comment Mallarmé peut-il donner à un long poème ce titre: Un coup de dés jamais n’abolira le hasard?
   Veut-il dire qu'un simple appel au hasard ne pourra suffire à liquider ce qui échappe à la nécessité? Ou que le hasard est infini et que rien ne peut en épuiser les promesses? Les dés donnent au hasard un champ renouvelé à chaque coup. Ou Mallarmé veut-il nous montrer tout l'inconnu dans lequel baignent les sciences?
    Mais ce titre ne dit rien qui ne soit déjà su. On peut même le trouver évident, sinon tautologique puisque le coup de dés est l'image même du hasard.
   Pourtant, il a quelque chose qui intrigue, dans ce titre. Il nous fascine. Un peu comme ce «hasard en conserve» des surréalistes. Le hasard, on aimerait parfois l’abolir, ou le réduire, et déterminer d’avance, tant soit peu, le cours des événements, le prévoir, le préparer. Rien à faire: il reste du risque. Peut-on s’abandonner au hasard?
   Que peut vouloir dire ce titre bizarre? Piste: le cours de rédaction, module 21, la Poésie, interaction 12 et suivantes.

CORRIGÉ EXEMPLATIF
Pour un poète symboliste, l'indécis est une qualité. «De la musique avant toute chose...» (Verlaine). Et pourtant... Le dernier vers est très clair et même explicite: Toute Pensée émet un Coup de Dés. C’est donc la pensée, et plus précisément «toute pensée», même une pensée bien particulière et actuelle, qui est un pas hasardeux. Et Mallarmé suppose que nous croyions qu’elle pourrait mettre un terme au hasard et donc être vraie, alors qu'il n'en est rien. Il prend la peine de nous rassurer (!) Rien n’est vrai totalement ou nécessairement, scientifiquement.
   Et le poème le montre bien. Si définitive que soit telle ou telle pensée dans nos esprits dociles, le hasard (infini, indéterminé) est toujours là, devant, présent, incoercible, accessible. Pensons ce que nous voulons, le pensable reste encore toujours immense, l’avenir est sans bornes.
   Ceci justifie la manière d'écrire en poésie, notamment celle de Mallarmé. Il suit sa propre ligne de pensée, comprenne qui voudra.

CONSEILS

Sur feuille libre, noter ses réactions illico, telles quelles, sans peaufiner. On pourra les retravailler quand on les transcrira dans la fenêtre prévue. Citer les passages litigieux pour les critiquer. Se poser les questions habituelles: qui parle ( l'auteur ), dans quel but ( visée ), sous quelles formes ( genre littéraire ), avec quels arguments et quelles preuves ? Analyser, fouiller dans l'index de la CLÉ sur les mots utilisés dans votre analyse, de façon à la pousser plus loin.

Clé des procédés.

Copyright © 2008 C.A.F.É.